GENDAI REIKI FUDO MYO O, POURQUOI?

acala

image:https://fr.pinterest.com/pin/546694842236527717/(Aaron Clarc)

Ma vocation est la transmission : celle d’ouvrir à tous ce qui semble occulte, caché ou inaccessible pour différentes raisons. Ouvrir les portes et vous donner envie de les passer.

Passionnée par la noétique, mon âme de documentaliste me fait rechercher des documents et faire des liens, créer des ponts, entre recherches historiques, scientifiques, et démarche spirituelle ; de façon à transmettre à tous, ce qui pourrait améliorer notre vie : notre compréhension du monde dans lequel nous vivons et par cela, créer notre bonheur.

GENDAÏ-REIKI FUDO MYO O

Qui est Fudo Myo ?

(Acalanatha en sanskrit)

Pourquoi ?

Parce que nous sommes à une époque ou il faut choisir son camp : celui du chemin de la Lumière, ou celui du pur commerce, l’un n’empêchant pas l’autre, car tout est affaire de dosage et de conscience : l’argent est une énergie qui doit circuler, Entre gagner sa vie et ne faire que du profit, il y a une marge!  Nous sommes « Muladhara », c’ est à dire sur Terre, mais ne jamais renier, ou perdre de vue sa propre  démarche spirituelle, son horizon, et la divinité qui est en nous.

Le Gendaï Reiki, est issu du syncrétisme forgé par Hiroshi Doï, entre le Reiki occidental de Madame Takata et celui issu des pratiques originelles japonaises de Mikao Usui, (au travers de la Usui Ryohô Gakkaï) Le Dento inclu dans le Gendaï sera le reiki dit « Traditionnel ».

Le Reiki est pour moi une Voie initiatique, de développement spirituel et personnel, aussi, afin de relier cette Voie à un être de Lumière, qui corresponde à ma philosophie et à mon engagement, j’ai décidé de lui adjoindre un « Gardien », un protecteur, « un veilleur » : Acalanatha, ou Fudo Myo en japonais.

Il est la divinité bouddhique du Shingon, le plus important des cinq rois protecteurs du Bouddha, je me sens particulièrement en accord avec le symbolisme de cette divinité, et son énergie.

Pour clarifier mon enseignement eu égard à la responsabilité morale que j’ai envers les Maîtres que je forme, Il m’a semblé judicieux, voir urgent de replacer, de recadrer cet Art dans son contexte et sa hauteur de vue et d’esprit, afin que nous retrouvions notre place en ce monde, en y ajoutant « notre pierre à l’édifice » et par cela de l’élever au-dessus de ce qui va à l’encontre des principes du Reiki, comme le dénigrement , le jugement arbitraire, le sectarisme. Car « On ne battit pas sur des cendres ».

Nous savons que » les temps sont venus », nous avons pour une grande majorité atteint une maturité de conscience, en dehors des dogmes et des religions, tout doit apparaître en lumière, pour le bien de tous, alors les « secrets » seront dévoilés.

Faut-il le rappeler ? Le Reiki est un outil sacré, comme tout ce qui existe en ce Monde, un outil de reliance à notre partie divine : notre Soi supérieur, alors partageons-le !

« Myo-o » veut dire « roi » (de la connaissance mystique ou de la sagesse)

« Fudo » signifie inébranlable, immuable,

« Ho » est une pratique

« INÉBRANLABLE roi de la LUMIÈRE »

Cette divinité du panthéon bouddhiste est l’un des cinq rois du Savoir, associé au Feu et à la Colère C’est une divinité issue du Bouddhisme ésotérique Shingon (Mikkyo, le bouddhisme japonais) dont le symbolisme est particulièrement parlant : Son apparente férocité symbolise l’expression de sa force, et sa capacité à transmuter les obstacles qui nous barrent la route vers l’Éveil et la Libération

Le lotus qui émerge du sommet de sa tête symbolise l’Éveil et l’expression de la compassion.

C’est une divinité représentée sur un rocher, une montagne, laquelle représente l’immuabilité de son être, sa force.

Des flammes sortent de son corps symbolisent la purification de l’esprit, la combustion de tous les désirs matériels.

Un lasso immobile dans la main gauche, le cercle ainsi formé représentant la vacuité dans la concentration, nous ramenant vers le bon chemin. Il sert aussi à attraper les pensées négatives, les mauvaises pensées capturées, conscientisées par le lasso, seront coupées par le glaive qui va les trancher.

Le glaive placé dans la main droite, fait le lien terre-ciel, c’est une antenne, symbole de la connaissance combattant les trois poisons : l’avarice, la colère et l’ignorance.

Acala a deux canines faisant saillie :

Une dent supérieure et une dent inférieure. La dent supérieure est dirigée vers le bas : la compassion illimitée, accordée à qui souffre dans son corps et son esprit.

Sa dent inférieure est pointée vers le haut : la force de sa propre volonté de progresser vers la Lumière au service de la Vérité.

Sa bouche fermée empêche l’âme de s’échapper et ainsi permet de bloquer le cycle des incarnations.

Fudo Myo-o est aussi le guide pour les âmes défuntes, il préside une cérémonie funèbre qui se tient le septième jour après la mort : SHONA OKA , qui est le premier cycle dans le respect des «sept fois sept jours » du Bardo (soit 49 jours) signifiant la fin de « l’état intermédiaire. »
Souvent représenté avec un Dragon enroulé autour de l’épée ou par un dragon lui-même, l’épée est enflammée ou non.

Ses cheveux sont noués comme ceux d’un serviteur, ce qui détermine sa vocation : Sa Nature, « Acala », est essentiellement celle de la compassion. Il a promis d’être au service de tous les êtres pour l’éternité.

Son vœu est de se battre contre le mal, dans un puissant esprit de compassion et de travailler pour la protection de tous les êtres, et favoriser leur accès au bonheur.

« INTÉGRER l’ÉNERGIE du guerrier  au service de la LUMIÈRE »

La déité Japonaise Fudo Myo o est souvent considéré au Japon comme celle qui nous envoie les souffrances, mais dans le but de pouvoir les transcender, de nous dépasser, afin d’atteindre l’état d’éveil : l’Antsin Ritsumei.

« L’humanité est destinée à dépasser l’ego, mais pas de la façon dont l’ego le pense. Une des nombreuses présomptions de l’ego, une de ses nombreuses illusions, est que « je ne devrais pas avoir à souffrir ». (…) C’est cette pensée qui est la source de la souffrance. La souffrance a une noble raison d’être : c’est l’évolution de la conscience et la désintégration de l’ego. (…) Le feu de la souffrance devient lumière de la conscience. Quand l’ego dit « Je ne devrais pas avoir à souffrir », cette pensée vous fait souffrir encore plus. C’est une déformation de la vérité qui est toujours paradoxale. En réalité de façon paradoxale, vous avez la possibilité de dire « Oui » à la souffrance avant de pouvoir la transcender.

Eckhart Tolle : « Unité avec toutes vies »