Le portrait d’Édith …

photo-150x150Edith GAUTHIER

J’ai passé mon enfance entre les jeux de Tarots de Marseille de mon arrière-grand-mère et la campagne berrichonne environnante.
Enfant solitaire, la Nature était ma compagne et ce que j’y percevais était pour moi réalité.

La vie comme beaucoup, m’a malmenée jusqu’à ce que je lui donne le sens qui m’est propre, et notamment grâce à une N.D.E., et la rencontre avec un enseignement chamanique, qui fut décisive pour me conforter dans la certitude d’une autre réalité.

Ma quête passa par le Druidisme, qui me fit prendre conscience d’une Voie occidentale et poétique, du tellurisme et l’utilisation des plantes, et de la réelle communication avec le monde animal, végétal et minéral. Au gré des rencontres, les portes du monde des Shamans Yakoutes et amérindiens me furent entr’ouverte aussi.

L’appartenance à des cercles philosophiques, symbolistes et plus intellectuels m’aida à me structurer.

Mes études universitaires ont été tournées vers l’Art et la Création, l’Archéologie, l’Histoire et la Philosophie des Religions.

Je suis imprégnée des anciens Maîtres comme Maître Eckhart, et contemporains, comme Krishnamurti, Eckhart Tollé, sans oublier la révélation que fut pour moi la Physique Quantique.

Je suis praticienne et Maitre-enseignante (Shihan) en Gendaï-Reiki, de Dento Reiki, dit Reiki « Traditionnel », de la lignée énergétique d’Hiroshi Doï Senseï, et transmis par celui-ci.

Créatrice de l’Ecole Gendaï-Reiki Fudo Myo, souchée sur ces pratiques et voies spirituelles, m’écartant par cela des guerres de clocher et du risque d’ «occidentalisation » de ces Voies.

Eprise d’indépendance et du goût de transmettre sans asservir, je n’imagine pas apprendre sans transmettre. Ma grande passion est de chercher les passerelles entre Sciences, Histoire et Spiritualité, c’est donc avec une âme de documentaliste que je fus amenée tout naturellement vers l’Ecriture, afin de « Rassembler ce qui est épars ».

« Seuls les petits secrets ont besoin d’être protégés, les grands sont tenus secrets par l’incrédulité du public » Marshall Mac Luhan